Un épisode 4 philosophique, trash et haletant d'émotion

Image extraite de The-X-Files S10E04. FOX. ©20th Century Fox


Après un épisode "comique" de la semaine dernière qui manquait de frayeur et de palpitations, la série nous offre cette fois-ci un curieux mélange de gore et de mélodrame. La mise en scène n’a guère perdu de sa superbe, accompagnée notamment d’une intonation musicale respirant péniblement tout en étant suspendue sous une émotion et une curiosité intense.
 
Tout d’abord, si vous vous demandez pourquoi ce troisième épisode met l’accent sur les insignes de nos deux agents en cours de réintégration au FBI, c’est parce que "Home Again" était prévu pour être l’épisode 2. Chris Carter avait souhaité ce remaniement pour contribuer à clarifier l’intrigue au sujet de l'adoption de leur fils, William.
 
Le scénariste, Glenn Morgan, introduit la thématique des sans-abris, au sein de la société américaine, par des scènes de profond mépris à leur égard, suivi d’un assassina orchestré par un géant justicier, aux allures de « croque-mitaine » et dénommée "Trashman".

Images extraites de The-X-Files S10E04. FOX. ©20th Century Fox


Au début de l’enquête, l’agent Scully apprend une terrible nouvelle qui l’a contraint à suspendre ses activités pour rejoindre le chevet de sa mère, marquant le début d’un long processus de rétrospection puis d’introspection. Elles se remémorent, sous forme de flashbacks, notamment des souvenirs douloureux, dont l’abandon de son fils.
 
L’intrigue de cette saison 10 ne se limite-t-elle pas finalement à cette quête éperdue de l’enfant prolifique ?
 
Les deux derniers épisodes nous fourniront certainement plus de réponses à ce sujet.
 

Images extraites de The-X-Files S10E04. FOX. ©20th Century Fox


Pour établir une réflexion globale et sociopsychologique sur cet épisode extrêmement bien ficelé, le scénariste n’a-t-il pas finalement suggéré l'hypothèse que l'imagination humaine avait la capacité de générer des "formes de pensées" dans une sorte d’univers parallèle et intangible, c’est-à-dire un univers qui contiendrait les projections mentales de l'humanité, son inconscient collectif et ses archétypes ?
 
Il serait donc possible sur cette base de voir les similarités dans les récits de monstres comme résultant de cet inconscient collectif.


Par exemple, la médiatisation des récits de métamorphes dans certaines parties du globe (exemple le Chupacabra à Porto Rico) aurait par exemple rendu cette forme de pensée disponible au plus grand nombre, et donc inspirée des vagues de témoignages.
 
Le Tulpa, cette entité spirituelle du Bouddhisme tibétain, est donc de retour dans cet épisode présenté à l’origine comme brutal et traumatisant.
 
L’épisode était-il néanmoins à la hauteur de "la meute" ("Home") ?

Images extraites de The-X-Files S10E04. FOX. ©20th Century Foxs


Cette fameuse créature était déjà apparue dans "Bienvenue en Arcadie" mais sous une autre forme, et soulevant un sujet loin d’être saugrenu.
 
Cette entité serait le fruit d’une invocation réalisée par la force de la pensée au point de produire une chimère dans le monde physique.
 
Cette créature a pour origine un refoulé qui fait retour. Elle est bien matérielle, car elle prend sa source dans une part de ces sans-abris qui produisent collectivement (par leur vouloir) ce monde phénoménal.
 
Le refoulé fait retour en utilisant la grammaire de l’inconscient (celle qui s’exprime dans le rêve ou cauchemar ainsi que le symptôme) : monstre urbain avec une force surnaturelle et des facultés psychokinésiques, etc.

Par exemple, l’église, au moyen-âge, réprimait tout ce qui se situait en dehors de son dogme. Ce qui a vu naitre les récits et observations que l’on retrouve dans les contes de fées.
 
Notre Soi collectif pointe dans ses manifestations, nos angoisses les plus fortes, tout en nous mettant en garde.



D’autres monstres qui représentent au fond nos démons refoulés risqueraient donc de faire de nouveau surface sous la plume de Glenn Morgan dans les prochains épisodes !
 
Cette perte de connexion au Soi a resurgi à travers les voies de la division et du symptôme, la voie du simulacre.

Image extraite de The-X-Files S10E04. FOX. ©20th Century Fox